Rhône-Alpes passe la barre du 6000ème contrat de génération

Le chiffre est symbolique, mais les emplois créés bien réels ! Le 2 octobre, le 6000ème contrat de génération a été officiellement signé, en présence de Michel Delpuech, le Préfet de la région Rhône-Alpes, Philippe Nicolas, le directeur régional de la Direccte et Pascal Blain, le directeur régional de Pôle emploi. Mike Michon, 21 ans est désormais employé en CDI chez SDMS La Chaudronnerie Blanche, entreprise spécialisée dans la fabrication de structures métalliques. Il pourra ainsi continuer à apprendre son métier avec ceux-là même qui ont encadré son contrat d’apprentissage, dont des salariés seniors très expérimentés. Une vraie culture d’entreprise, que Stéphane Delattre, DAF et DRH de l’entreprise, explique : « Le principe du contrat de génération est inscrit dans les gênes de SDMS : nous donnons leur chance aux jeunes, et nous valorisons la transmission des compétences par nos salariés seniors. Ce dispositif donne officiellement du sens à nos pratiques ! »

Pour ces raisons, le Contrat de génération est aujourd’hui plébiscité par de plus en plus d’entreprises. L’enjeu est de taille : d’ici à 2020, en moyenne 600 000 salariés âgés partiront à la retraite chaque année ; dans le même temps, près de 700 000 jeunes entreront chaque année sur le marché du travail. Parmi les secteurs qui recrutent le plus via ce contrat : le commerce (19%), la construction (15%), la métallurgie et les activités juridiques et comptables (9% chacun)

Pour encourager l’embauche des jeunes et le maintien dans l’emploi des seniors, une aide de « 4000 € par an sur trois ans est versée aux entreprises », rappelle Philippe Nicolas. « Le montant est même doublé en cas de double recrutement d’un jeune de moins de 26 ans et d’un salarié de plus de 55 ans ! », note Pascal Blain. Une bonne nouvelle pour des entreprises en développement, à l’image d’Elovidis – Boulangerie Charlotte : « Nous prévoyons le recrutement de jeunes et de seniors, pour porter l’expansion de notre concept ! Les seniors comme les jeunes sont indispensables au sein d’une équipe ! » Les entreprises ayant réalisé une double embauche représentent aujourd’hui 8% des demandes d’aides enregistrées.

L’aide peut également être versée au dirigeant d’une entreprise de moins de 50 salarié qui recrute un jeune de moins de 30 ans en vie de lui transmettre son affaire. C’est précisément dans cet objectif que le Garage Robert a eu recours au dispositif… en famille : « Nous avions un poste à pourvoir et avons engagé notre fils Guillaume. A terme, s’il le souhaite, il pourra reprendre l’entreprise familiale », explique Lucie Genoud, conjointe associée et responsable administrative du Garage. « Je développe mes compétences techniques auprès de salariés qui ont plus de 30 ans de métier. Et cela va dans les deux sens : je leur transmets les techniques que j’ai apprises à l’école ! », se réjouit Guillaume. Aujourd’hui, 5 % des aides concernent la transmission d’entreprise.

Share this article

Créateur de JobPilot. J'aide les internautes dans leurs recherches d'informations dans le domaine de l'emploi et de la formation. De formation ingénieur, je suis dans le monde de l'aide à l'emploi et plus généralement dans le journalisme depuis 16 ans (2010). Rédacteur en chef sur Jobpilot.fr