Les manifestations contre la loi Travail entachées par la violence

Pendant la manifestation contre la loi Travail a été entachée par de nombreuses scènes de violences. Pendant cette mobilisation de 43 000 personnes, trente d’entre eux ont été arrêtés par les forces de l’ordre dans différentes villes de France.

Présentée en Conseil des ministres, la loi Travail a aussi mobilisé des opposants au projet comme les étudiants qui se sont réunis jeudi 24 mars dans différentes villes de la France.

En désaccord avec le texte de la Myriam El Khomri, la ministre du Travail, les personnes mobilisées jugent que cette loi donne trop d’avantage au patronat et ont donc décidé d’organiser une marche après avoir été appelé par sept syndicats et organisations de jeunes à savoir : CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl. Mais ces marches ont été entachées par des incidents de violence et une trentaine de personnes ont été arrêtées.

Voitures incendiées et arrestations à Paris

Dans la capitale française, la mobilisation a réuni environ 5000 jeunes et certains d’entre eux voulaient en finir avec la police. La marche a pris une autre tournure dans l’après-midi. « Police partout justice nulle part », « Tous à l’Assemblée », scandaient les manifestants portant des cagoules, poursuivis par les CRS, et d’être éparpillés à coups de gaz lacrymogène. Deux voitures ont été brûlées et 15 personnes arrêtées lors de la marche. Mais la police a également enregistré deux blessés.

D’autre part, l’inspection générale de la police nationale (IGPN) a procédé à l’ouverture d’une enquête, après la publication d’une vidéo sur laquelle, on voyait un policier frapper un jeune manifestant.

Share this article

Créateur de JobPilot. J'aide les internautes dans leurs recherches d'informations dans le domaine de l'emploi et de la formation. De formation ingénieur, je suis dans le monde de l'aide à l'emploi et plus généralement dans le journalisme depuis 16 ans (2010). Rédacteur en chef sur Jobpilot.fr