Le gouvernement tente l’apaisement avant le retour de la loi Travail à l’Assemblée nationale

Plusieurs jours précédant le nouveau vote à l’Assemblée nationale du projet de loi Travail, le gouvernement a dévoilé plusieurs amendements afin de réaffirmer la place qu’occupe la branche, principal point d’achoppement.

L’exécutif a marqué là un pas supplémentaire pour calmer les ardeurs des frondeurs, des membres du patronat et des organisations syndicales.

En fait, le gouvernement a essayé mercredi d’alléger le dossier de la loi travail en apportant des amendements pour « prouver davantage » la place de la branche, qui est le principal problème.

Alors que nous sommes à quatre mois des mobilisations sociales, le chef du gouvernement Manuel Valls et Myriam El Khomri, la ministre du travail qui défend le projet de loi ont multiplié des réunions avec les partenaires sociaux, comme la CFDT, la CGT et FO, afin de leur donner des informations détaillées sur les changements effectués.

Alors que le projet doit revenir à l’Assemblée nationale le 5 juillet, le gouvernement joue la carte de l’apaisement et veut essayer d’éviter l’utilisation de l’article 49-3, comme ce fut le cas lors de la première lecture.

C’est la même chose pour la ministre du Travail qui a choisi de mettre de côté cet article considérant que son utilisation ne serait pas un passage en force.

En fait, les syndicats apprécient plus le fait que la loi puisse accorder plus d’importance à l’accord d’entreprise qu’à la branche. Ces syndicats indiquent qu’il s’agit d’une forme d’avancée au niveau social.

Share this article

Informer. Dialoguer. Aider. Telles sont mes objectifs en partageant ici mes ressources et des actualités liées au monde du travail. Journaliste sur Jobpilot.fr